Hits Des Clips 1983 – Tears For Fears : Mad World

Tears For Fears – Mad World

L’histoire de Mad World

 

Écrite par Roland Orzabal et chantĂ©e par Curt Smith, cette chanson est le troisiĂšme single du groupe et son premier succĂšs, arrivant en troisiĂšme position dans le UK Singles Chart en  ; c’est aussi, et dans le mĂȘme temps, le premier tube international du groupe, se classant au Top 40 dans plusieurs pays Ă  travers le monde (Allemagne, Afrique du Sud, Irlande, Nouvelle-ZĂ©lande, etc.). D’ailleurs, concernant ce succĂšs international, il est Ă  noter que c’est en Afrique du Sud que ce titre a atteint sa meilleure place, puisqu’il s’y est classé no 2 au printemps 1983, Tears for Fears devenant alors un groupe trĂšs populaire dans ce pays.

Mad World figure sur le premier album de Tears for Fears, The Hurting, qui parut au printemps 1983 et connut lui aussi un grand succÚs (no 1 au Royaume-Uni, no 7 au Canada, no 15 en Allemagne, no 16 en Nouvelle-Zélande, etc.).

Les paroles contiennent des rĂ©fĂ©rences aux thĂ©ories du psychologue amĂ©ricain Arthur Janov, inventeur de la thĂ©rapie primale. Par exemple la phrase the dreams in which I’m dying are the best I’ve ever had (les rĂȘves dans lesquels je meurs sont les meilleurs que j’ai faits) vient de l’idĂ©e de Janov selon laquelle les cauchemars peuvent ĂȘtre bĂ©nĂ©fiques car ils permettent d’apaiser les tensions.

Le clip, rĂ©alisĂ© par Clive Richardson, met en scĂšne Curt Smith, l’air triste, qui chante dans une maison, regardant Ă  l’extĂ©rieur par une fenĂȘtre tandis que Roland Orzabal exĂ©cute quelques pas de danse prĂšs d’un lac. Une sĂ©quence montre une fĂȘte d’anniversaire avec des enfants et une femme qui n’est autre que la mĂšre de Curt Smith

Les reprises par de nombreux artistes.

En 1992, Nicola Sirkis d’Indochine publie un album en solo, Dans la Lune, constituĂ© de reprises de chansons qu’affectionne Nicola dont Mad World.

En 1995, le refrain de Mad World est repris par le groupe d’Italo dance Jog et incorporĂ© Ă  la chanson Future qui engendrera bon nombre de remixes dans le monde de la musique Ă©lectronique.

Le groupe de rock industriel amĂ©ricain Kill Switch…Klick la reprend Ă  son tour en 1998.

En 2001, elle est reprise par le duo formĂ© par le musicien Michael Andrews et le chanteur Gary Jules pour la BO du film culte Donnie Darko. Sortie en single le  au Royaume-Uni, elle entre directement Ă  la 1re place des charts britanniques qu’elle conserve trois semaines durant, dĂ©crochant le titre convoitĂ©, Outre-Manche, de no 1 de NoĂ«l. C’est la meilleure vente de l’annĂ©e au Royaume-Uni. La chanson est rĂ©compensĂ©e aux Ivor Novello Awards en 2004 dans la catĂ©gorie Best Selling UK Single. Dans la foulĂ©e, elle connaĂźt un grand succĂšs international.

Le clip a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© par Michel Gondry. FilmĂ© depuis le toit en terrasse d’une Ă©cole, il montre des enfants qui se regroupent sur le trottoir pour former diffĂ©rentes figures (animaux, personnage, voiture…). La camĂ©ra pivote deux fois sur la gauche pour montrer Gary Jules appuyĂ© Ă  la balustrade de la terrasse puis une fois sur la droite, filmant lors du plan final Michael Andrews devant son piano.

Cette version de la chanson est beaucoup plus Ă©purĂ©e que l’originale. Gary Jules chante, simplement accompagnĂ© par Michael Andrews au piano et quelques discrets arrangements synthĂ©tiques, sans aucune percussions ni batterie.

En 2013, Gary Jules est invité par MylÚne Farmer sur sa tournée Timeless 2013, chantant chaque soir Mad World en duo avec elle.

Depuis, d’autres artistes ont interprĂ©tĂ© ce titre — arrangĂ© de façon similaire Ă  la version de Michael Andrews et Gary Jules, avec parfois Ă  la clĂ© un certain succĂšs — comme c’est le cas aux États-Unis pour Adam Lambert lors de l’Ă©mission American Idol ou encore en France avec Benjamin Boehm, lors de l’Ă©mission La Nouvelle Star.

En 2005, le groupe de rock alternatif The Red Paintings sort une reprise de Mad World sur leur album Walls.

En 2006 Sara Hickman reprend la chanson qui figure sur son album Motherlode. Sa version a Ă©tĂ© utilisĂ©e dans l’Ă©pisode 18 de la saison 5 de The Vampire Diaries.

Elle fut également reprise par la chanteuse Susan Boyle dans son album Someone To Watch Over Me en 2011.

En 2013, Luc Arbogast et Thomas Vaccari, deux candidats de la Saison 2 de The Voice : la plus belle voix, s’affrontent en duel durant les « battles », sur cette chanson, avant de figurer dans le 6e album de Luc Arbogast : Odysseus, sorti en aoĂ»t de la mĂȘme annĂ©e.

La mĂȘme annĂ©e, lors de la finale du  de la saison 9 de Nouvelle Star, Sophie-Tith interprĂšte une seconde fois le titre (la premiĂšre fois ce fut au thĂ©Ăątre) pour s’adjuger la victoire finale.

En 2013 également elle est interprétée par le groupe Cats on Trees.

La chanteuse estonienne Sandra Nurmsalu reprend la chanson pour Kaks Takti Ette, un télé-crochet estonien.

En 2014, le groupe de black metal Harakiri For The Sky a interprĂ©tĂ© cette chanson en bonus track sur l’album Aokigahara.

En avril 2014, c’est Kendji Girac qui reprend la chanson lors de la saison 3 de The Voice, la plus belle voix, il sera d’ailleurs sauvĂ© par le public grĂące Ă  cette reprise.

La chanson est reprise en 2015 par Madilyn Bailey puis en 2016 par Jasmine Thompson pour le film ArÚs.

En 2017, la chanson est également reprise dans un épisode de la deuxiÚme saison de la série télévisée Riverdale par les acteurs K.J. Apa, Camila Mendes et Lili Reinhart.

Toutes ces utilisations ont contribué à faire de la chanson Mad World un standard dans le paysage musical pop moderne.

DĂ©but avril 2020, Curt Smith s’enregistre en duo avec sa fille Dina sur cette chanson, depuis chez eux, puis diffuse l’enregistrement via les rĂ©seaux sociaux et des diffuseurs sur Internet ; l’enregistrement est massivement Ă©coutĂ© dans les jours et semaines suivants, dĂ©passant rapidement quelques millions de vues.

Source : Wikipédia

Roland Orzabal : « Je me souviens parfaitement du jour oĂč j’ai reçu le fax pour demander notre autorisation d’utiliser la chanson. J’ai acceptĂ© car Drew Barrymore faisait partie des producteurs du film, sans trop savoir ce qu’elle deviendrait. Quelques mois ont passĂ© et un ami a emmenĂ© le single de Gary Jules Ă  la maison. Mon plus jeune fils, qui avait 8 ans, l’a chantĂ©e en entier. J’Ă©tais bluffĂ©. Entendre ces paroles, que j’avais Ă©crite il y a si longtemps, dans sa bouche, c’Ă©tait trĂšs Ă©mouvant. »

Curt Smith : « Depuis, c’est fou de voir combien « Mad World » est apprĂ©ciĂ©e des jeunes. Elle rĂ©sonne en eux, car nous l’avons Ă©crit au mĂȘme Ăąge. Politiquement, beaucoup de nos paroles restent pertinentes aujourd’hui. Malheureusement, car elles sont souvent sombres. »

(Extrait : Le Parisien.fr – fĂ©vrier 2019)

 

Groupe de new wave originaire de Grande-Bretagne, Tears For Fears a été fondé en 1981.

Avec leurs vingt-huit ans de carriĂšre, le groupe crĂ©Ă© par Curt Smith et Roland Orzabal a Ă©coulĂ© plus d’une vingtaine de disques Ă  travers la planĂšte.

 

« Everybody wants to rule the world » et « Shout » peuvent ĂȘtre citĂ©s parmi leurs morceaux les plus marquants.

A l’origine du groupe Tears For Fears fut deux amis, Curt Smith et Roland Orzabal. Se connaissant depuis leur adolescence, les deux amis ont en commun leur annĂ©e de naissance 1961, en plus de leurs affinitĂ©s communes pour la musique.

En ces dĂ©buts de Tears For Fears en 1981, Ian Stanley aux claviers vient s’ajouter au line-up ainsi que le batteur Manny Elias. Roland Orzabal et Curt Smith se retrouvent quant Ă  eux, aux chants, aux claviers et Ă  la guitare.

Ayant successivement Ă©voluĂ© dans les groupes The Graduate et Neon au cours des annĂ©es 1970, c’est aprĂšs avoir quittĂ© Neon que le duo fondateur Orzabal/Smith dĂ©cide de crĂ©er leur propre groupe.

Au départ, le duo opta pour History of Headache comme nom de groupe. Roland Orzabal Change a ensuite pour Tears For Fears en référence à le principe du « cri primal » du Dr Arthur Janov.

Bien que la carriĂšre des Tears For Fears commence par des singles de moindres intĂ©rĂȘts tels « Suffer the children », c’est en 1982 que la bande Ă  Roland Orzabal va connaĂźtre son premier succĂšs.

La Chanson « Mad world » sortie Ă  la fin de cette annĂ©e se place en effet Ă  la 3Ăš place des charts britanniques. Le titre se retrouvera dans leur premier opus « The Hurting » sorti en mars de l’annĂ©e suivante.

Roland Orzabal a pratiquement composĂ© la plupart des Chansons. Les textes font Ă©tat des douleurs de l’enfance, de la soif de transformation et encore de la quĂȘte de soi, le tout basĂ© sur les prĂ©ceptes du psychothĂ©rapeute Arthur Janov.

Le succĂšs de l’opus est phĂ©nomĂ©nal en Grande-Bretagne. Il reste ainsi Ă  la premiĂšre place des charts de 1983 Ă  1985, pendant un an et treize semaines. « The Hurting » est Ă©galement un succĂšs en Allemagne, en Afrique du Sud et encore au Canada portĂ© par les titres tels « Change ».

En 1984, Tears For Fears est encore prĂ©sent dans les charts avec leur fabuleuse Chanson « Shout ». Figurant aujourd’hui parmi l’un des plus grands tubes de la dĂ©cennie 80, la composition de « Shout » fut signĂ©e par Ian Stanley et Roland Orzabal.

Prenant place trĂšs vite au sommet des classements internationaux, le titre est numĂ©ro un aux Pays-Bas, en Allemagne ainsi qu’au Canada et dans bien d’autres pays dont les Etats-Unis. DĂšs lors, la carriĂšre des Tears For Fears s’engage sur les rails de la gloire.

L’annĂ©e 1985 voit la parution d’un second album Ă  succĂšs « Songs from the big ch Air ». L’album contient par ailleurs, le hit international « Everybody wants to rule the world » qui confirme les talents et le succĂšs des Tears For Fears et marque leur consĂ©cration.

Les tournĂ©es mondiales vont alors se suivre jusqu’en 1986.

AprĂšs la sortie de leur titre marquant « Everybody wants to run the world » en 1986 toujours, en vue de soutenir le groupement « Sport Aid », c’est le dĂ©part de Manny Elias.

« The seeds of love » sort trois ans plus tard et voit la collaboration de Oleta Adams qui y apporte une touche de jazz et de soul. Le fameux titre « Woman in chain » se classera dans le Top 30 non seulement en Grande-Bretagne mais également en France et aux Pays-Bas. « Sowing the seeds of love », quant à lui, grimpe au sommet des charts internationaux.

Quoique baignant dans le succĂšs, les deux fondateurs de Tears For Fears connaissent leurs premiers grands diffĂ©rends. A ce stade de la vie du groupe, Roland Orzabal reproche en effet Ă  Curt Smith de son peu d’implication dans les Ɠuvres des Tears For Fears.

Ce dernier s’en va en 1991 laissant Roland Orzabal Ă  la tĂȘte du groupe.

Entre 1992 et 1996, le groupe produira deux compilations et deux albums sortis respectivement en 1993 et 1995. Par la suite, mises à part une réédition des premiers opus et une poignée de compilations, Tears For Fears ne produira pratiquement plus rien.

En 1999, le leader des Tears For Fears collabore avec la chanteuse italienne Emiliana Torrini en produisant le premier opus international de cette derniÚre, intitulé « Love in the time of science ».

Ce n’est qu’en 2001 que l’album « Tomcats screaming outside » des Tears For Fears est dans les bacs.

En 2004, Roland Orzabal et Curt Smith se retrouvent et sortent l’album titrĂ© « Everybody loves a happy ending ». Tel un prolongement de leur dernier oeuvre commun en date de 1989 qu’est « The seeds of love », les deux compĂšres renouent avec des Chanson s aux sonoritĂ©s pop comme « Closest thing to heaven ».

En 2005, une tournĂ©e internationale va suivre les conduisant jusqu’au Parc des Princes, en France et la production d’un album live « Secret world », l’annĂ©e suivante.

En 2007 et Ă  Toulon, l’on a pu apprĂ©cier l’interprĂ©tation de Roland Orzabal du titre « Woman in chain » avec la talentueuse Lara Fabian.

Source : Nostalgie.fr

Open in Spotify

All around me are familiar faces
Worn out places, worn out faces
Bright and early for their daily races
Going nowhere, going nowhere
Their tears are filling up their glasses
No expression, no expression
Hide my head I want to drown my sorrow
No tomorrow, no tomorrow
And I find it kind of funny
I find it kind of sad
The dreams in which I’m dying are the best I’ve ever had
I find it hard to tell you ’cause I find it hard to take
When people run in circles it’s a very, very
Mad world
Mad world
Mad world
Mad world
Children waiting for the day they feel good
Happy birthday, happy birthday
Made to feel the way that every child should
Sit and listen, sit and listen
Went to school and I was very nervous
No one knew me, no one knew me
Hello teacher tell me what’s my lesson
Look right through me, look right through me
And I find it kind of funny
I find it kind of sad
The dreams in which I’m dying are the best I’ve ever had
I find it hard to tell you ’cause I find it hard to take
When people run in circles it’s a very, very
Mad world
Mad world
Mad world
Mad world
And I find it kind of funny
I find it kind of sad
The dreams in which I’m dying are the best I’ve ever had
I find it hard to tell you ’cause I find it hard to take
When people run in circles it’s a very, very
Mad world
Mad world
Enlarging your world
Mad world
Source : LyricFind

COMMENTAIRES

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Clip suivant

Hits Des Clips 1983 - The Gap Band : Party Train

mar Août 31 , 2010
ï»ż The Gap Band – Party Train ✞ Robert Wilson dĂ©cĂ©dĂ© le 15 aoĂ»t 2010 ✞ « Party Train » est une chanson de 1983 par The Gap Band, extrait du septiĂšme album, Gap Band V: Jammin ‘. On peut penser Ă  une vidĂ©o ou le groupe serait dans un train Ă  vapeur […]