Hits Des Clips 1988 – Mory Kante : Yéké Yéké

Mory Kante – Yéké Yéké

✞ décédé le 22 mai 2020 ✞

Mory-Kante---Yeke-Yeke.jpg

Yéké yéké est une chanson d’amour de musique africaine-afrobeat-electronic dance music de 1987, single de 1988 extrait de son troisième album Akwaba Beach sorti la même année. Ce tube est le plus important succès international de sa carrière, vendu à plus de 5 millions d’exemplaires aux sommets des hits parades de nombreux pays du monde.

Ce titre a servi d’indicatif à l’émission cinéma « prochainement dans les salles » sur Canal+ en 1988

Écrite et composée par Mory Kanté, accompagné de sa kora emblématique, et entre autres de bolon, conga, djembé, balafon, de cœurs, et de cuivres… il l’enregistre avec la collaboration du producteur anglais Nick Patrick, sous l’œil du président de Barclay, Philippe Constantin « Je t’ai trouvé, Tu es ma superstar, Le numéro 1 dans mon coeur, Si tu ne m’embrasses pas maintenant, C’est un péché, Hé toi, Je suis fou de toi, Hé toi, Tu as un si joli visage, Tu es mon super prince, Je suis ta princesse, Tu es mon premier amour, Tu es juste ce que je voulais, Je t’aime, Hé toi, Yéké yéké… ». L’album est un succès fulgurant du funk mandingue grâce au tube Yéké Yéké qui se classe aux sommet des hits-parades du monde entier, à commencer par les Pays-Bas. Composé au début des années 1980, le titre se trouve déjà sur l’album Mory Kanté à Paris, mais insatisfait de cette première version, le chanteur la réenregistre. En quelques années, le 45 tours atteint des scores de vente chiffrés en millions d’exemplaires, triomphe lors des tournées mondiale de l’artiste, et fait l’objet de nombreuses transformations, remixes, adaptations et reprises en hébreu, arabe, chinois, hindi, portugais, anglais, ou espagnol…

Juste après avoir reçu un disque d’or en octobre 1988 en France, Mory Kante est récompensé en novembre à Paris par les Victoires de la musique du meilleur album francophone.

Né en Guinée en 1950, Mory Kanté est l’héritier de la tradition des griots, les « djéli » du Mandé, empire d’Afrique de l’Ouest qui s’étendait depuis la côte atlantique jusqu’à la région de Gao. D’origine malienne, sa mère Fatouma est la fille de Djéli Mory Kamissoko, chef spirituel des griots. C’est le vieil homme qui baptise l’enfant et lui transmet son propre nom.

Mory suit l’école française et apprend à jouer du balafon, l’instrument fétiche des Kanté car il permet d’établir la communication avec l’univers. A 15 ans, le jeune griot commence son initiation chez sa tante à Bamako, la griotte Maman Ba Kamissoko, l’une des chanteuses de l’Ensemble Instrumental National du Mali. Durant trois ans, Mory entreprend des voyages initiatiques à travers le Mandingue. Des épreuves difficiles l’attendent, pas seulement musicales, avec la brousse pour seul refuge. De retour en ville, il se défoule sur les musiques du monde : chachacha, mambo de Cuba, rumba congolaise, pop anglaise…Mory Kante s’entiche de la guitare et se débrouille fort bien comme balafoniste, guitariste et chanteur qui anime les fêtes de mariage. En 1971, repéré par Tidiane Koné, saxophoniste et chef d’orchestre du Rail Band de Bamako, il intègre l’ensemble comme guitariste. Puis, en 1975 Mory remplace au sein du groupe le chanteur Salif Keïta. Il découvre alors la kora et apprivoise l’instrument avec tant de passion que le maître malien Batrou Sékou Kouyaté lui offre cette kora qui l’accompagne sur toutes les scènes du monde. En 1976, Mory reçoit le trophée de la Voix d’or au Nigéria.

En 1978, il arrive à Abidjan après avoir quitté le Rail Band. Entouré d’une petite formation traditionnelle, balafon, djembé et bolon à cinq cordes, Mory (à la kora et au chant) forge sa notoriété en animant le Climbier, célèbre club select abidjanais où se produisent des vedettes internationales comme Barry White. En 1981, ses arrangements acoustiques séduisent Gérard Chess, directeur du label américain « Ebony Records » qui décide de produire « Courougnégné », premier disque de Mory Kanté.

En 1984, le chanteur s’installe en France avec « Yéké Yéké » le plus grand tube africain du monde. En l’espace de deux ans, Mory Kanté s’impose par la seule force de son talent. Les concerts qu’il donne avec sa kora électrique font l’unanimité de la critique. Le rythme des tournées s’accentue : Europe, Afrique du Nord, Mali, Sénégal, Etats-Unis… Le succès de « Yéké Yéké » est fulgurant, le single est vendu à plus d’un million d’exemplaires et les classements dans les hits-parades se multiplient à travers le monde. En 1988, le tube atteint la première place du classement paneuropéen du « Billboard américain ».

En 1990, l’album « Touma » produit par Nick Patrick est disque d’or en France. L’année suivante, Mory Kanté est invité à présenter sa Symphonie de Guinée lors de la cérémonie inaugurale de la Grande Arche de la Défense, interprétée par un ensemble de 130 griots musiciens, chanteuses et chanteurs traditionnels. Cet événement préfigure le projet dont Mory rêve en secret : élaborer en Afrique un grand centre de promotion de la culture mandingue.

De 1996 à 2004, les tournées se poursuivent dans le monde. L’artiste reprend son indépendance artistique et son autonomie de producteur pour assurer la réalisation de son album « Tatebola ». Egalement, le projet de Cité commence à prendre forme à Conakry, dans le quartier que la population baptise bientôt « Mory Kantea ». L’artiste explique « Je veux contribuer à industrialiser la musique et la culture africaine à travers ce projet ».

En 2002/2003, Mory Kanté démarre une grande tournée européenne, participe à de nombreux festivals importants et donne 120 concerts dans plus de 25 pays.

Il décide d’enregistrer en 2004 un album totalement acoustique intitulé « Sabou » . Entouré d’une dizaine de musiciens et de choristes, le griot moderne joue de sa kora magique des musiques inédites. Et revient à la source de son inspiration : l’art des griots mandingues.
Une tradition multiséculaire qui lui permet de créer, dans ce nouvel opus énergique, une riche palette d’harmonies et un style très personnel.

Source : culture.tv5monde.com

Il décédera d’une longue maladie le 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans dans un hôpital de Conakry. « Il s’est éteint vers 9h45 à l’hôpital sino-guinéen », avait annoncé son fils Balla Kanté. « Il souffrait de maladies chroniques et voyageait souvent en France pour des soins, mais avec l’épidémie de Coronavirus en 2020 ce n’était plus possible, on a vu son état se dégrader rapidement, mais j’étais surpris quand même car il avait déjà traversé des moments bien pires. »

Open in Spotify

 

Bi sounkouroun lou la donkégna, ah, ah
Bi sounkouroun lou la donkégna, ah, ah
I madji I ma yélé
I kanan n’bila nara ro
N’bo n’bolo bila
Kanfalani yana sara le ila
Yékéké nimo yé ké yé ké
Yékéké nimo yé ké yé ké
Bi kamberen lou la donkégna, ah, ah
Bi kamberen lou la donkégna, ah, ah
I madji I ma yélo
I kanan n’bila nara ro
N’bo n’bolo bila
Gnin kisse gbela sara le ila
Yékéké nimo yé ké yé ké
Ké woyé boli lalé, N’na doni kassi kan, Woyé boli lalé (Eh! Eh!)
Ké woyé boli lalé, N’na doni kassi kan, Woyé boli lalé (Eh! Eh!)
I kanan n’bila doni kassi kan
Woyé boli lalé (Wo dén té soron)
Nyé n’ta soron akono
Mi ma ta I yonfé (Wo dén té soron lonkéléna)
Sini Mory la diyandé
Timba bara wouloukounta
Souba ma kata I yala
Ah sara le ila
Yékéké nimo yé ké yé ké
Yékéké nimo yé ké yé ké (Djely mousso ni kédjou to wara bo)
Yékéké nimo yé ké yé ké (M’ba mofila téma yan féou)
Yékéké nimo yé ké yé ké
Bi kamberen lou la donkégna, ah, ah
Bi sounkouroun lou la donkégna, ah, ah
I madji I ma yélo
I kanan n’bila nara ro
N’bo n’bolo bila
Kanfalani yana sara le ila
Yékéké nimo yé ké yé ké
Yékéké nimo yé ké yé ké
Ké woyé boli lalé, N’na doni kassi kan, Woyé boli lalé (Eh! Eh!)
Ké woyé boli lalé, N’na doni kassi kan, Woyé boli lalé (Eh! Eh!)
Ké woyé boli lalé, N’na doni kassi kan, Woyé boli lalé (Eh! Eh!)
Ké woyé boli lalé, N’na doni kassi kan, Woyé boli lalé (Eh! Eh!)
I kanan n’bila doni kassi kan, Woyé boli lalé (Wo dén té soron)
I kanan n’bila doni kassi kan, Woyé boli lalé (Wo dén té soron)
Nyé n’ta sorona kono, mi ma ta I yonfé (Wo dén té soron lonkéléna)
Nyé n’ta sorona kono, mi ma ta I yonfé (Wo dén té soron lonkéléna)
Sini Mory la diyandé, Timba bara wouloukounta, souba ma kata I yala
Ah sara le ila
Yékéké nimo yé ké yé ké
Yékéké nimo yé ké yé ké
Yékéké nimo yé ké yé ké
Yékéké nimo yé ké yé ké
Yékéké nimo yé ké yé ké
Source : LyricFind
Si le clip n’est plus disponible, merci de nous le signaler par mail ici

COMMENTAIRES

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Clip suivant

Hits Des Clips 1988 - Mylene Farmer : Sans contrefaçon

ven Avr 8 , 2011
Hits 1988       Mylene Farmer – Sans contrefaçon

TRADUIRE LE SITE

MUR DE CLIPS

Voir le clip « Hits Des Clips 1986 – A-HA : Hunting High And Low »Voir le clip « Hits Des Clips 2013 – Busta Rhymes Feat. Q-Tip, Kanye West, Lil Wayne : Thank You »Voir le clip « Hits Des Clips 2003 – Jocelyne Labylle : « Laisse parler les gens » »Voir le clip « Hits Des Clips 2000 – Superfunk Feat. Ron Caroll : « Lucky Star » »Voir le clip « Hits Des Clips 2003 – DJ Bobo : « Chihuahua » »Voir le clip « Hits Des Clips 1994 – Ace of Base : Living in Danger »Voir le clip « Hits Des Clips 2020 – M. Pokora : Danse avec moi »Voir le clip « Hits Des Clips 1985 – Dire Straits : Brothers In Arms »Voir le clip « Hits Des Clips 1991 – MC Solaar : Bouge de la »Voir le clip « Hits Des Clips 1996 – Hysteric Ego : « Want Love » »Voir le clip « Hits Des Clips 1991 – Johnny Hallyday : Ça ne change pas un homme »Voir le clip « Hits Des Clips 1986 – Culture Club : Move Away »Voir le clip « Hits Des Clips 2006 – AaRON : U Turn (Lili) »Voir le clip « Hits Des Clips 2007 – Maroon 5 : « Makes Me Wonder » »Voir le clip « Hits Des Clips 2020 – Alec Benjamin : Oh My God »Voir le clip « Hits Des Clips 2000 – Aaliyah : Try Again »Voir le clip « Hits Des Clips 1990 – Kylie Minogue : Better The Devil You Know »Voir le clip « Hits Des Clips 1993 – Soul Asylum : Runaway Train »Voir le clip « Hits Des Clips 1978 – Queen : We Are The Champions »Voir le clip « Hits Des Clips 2000 – Spice Girls : « Holler » »Voir le clip « Hits Des Clips 1989 – Joe Smooth : Promised Land »Voir le clip « Hits Des Clips 2001 – Dido : « Here With Me » »Voir le clip « Hits Des Clips 2004 – D12 : « My Band » »Voir le clip « Hits Des Clips 1989 – Lil Louis : French Kiss »Voir le clip « Hits Des Clips 1980 – ABBA :  Super Trouper »Voir le clip « Hits Des Clips 2015 – Mylene Farmer & Sting : Stolen Car »Voir le clip « Hits Des Clips 1994 – Beastie Boys : « Sabotage » »Voir le clip « Hits Des Clips 2010 – Artists For Haiti : « We Are The World 25 » »Voir le clip « Hits Des Clips 2010 – Bob Sinclar : « Rainbow Of Love » »Voir le clip « Hits Des Clips 2015 – Ella Henderson : Ghost »Voir le clip « Hits Des Clips 1995 – Lol et le Groupe : « Scare Me » »Voir le clip « Hits Des Clips 2010 – Collectif Métissé :  » Debout pour danser » »Voir le clip « Hits Des Clips 1996 – Fugees : « Ready Or Not » »Voir le clip « Hits Des Clips 1996 – Tori Amos : Professional Widow »Voir le clip « Hits Des Clips 2010 – Rihanna : « Only Girl (In The World) » »Voir le clip « Hits Des Clips 1997 – Alexia : Number one »Voir le clip « Hits Des Clips 2001 – R.E.M. : « Imitation Of Life » »Voir le clip « Hits Des Clips 1996 – Los Del Mar : « Macarena » »Voir le clip « Hits Des Clips 2007 – Les Enfoirés : « Aimer à perdre la raison » »Voir le clip « Hits Des Clips 1987 – Ferry Aid : Let it be »Voir le clip « Hits Des Clips 1997 – Gloria Estefan : « Party Time » »Voir le clip « Hits Des Clips 2008 – Madonna Featuring Justin Timberlake And Timbaland : « 4 Minutes » »Voir le clip « Hits Des Clips 2009 – Akon ft. Lil Wayne, Young Jeezy : I’m So Paid »Voir le clip « Hits Des Clips 1989 – Elsa : Jamais nous »Voir le clip « Hits Des Clips 1995 – Mellowman : « La Voie Du Mellow » »Voir le clip « Hits Des Clips 1969 – The 5th Dimension : Aquarius / Sunshine »Voir le clip « Hits Des Clips 1984 – Evelyn Thomas : High Energy »Voir le clip « Hits Des Clips 2017 – Kungs Feat. Olly Murs, Coely : More Mess »Voir le clip « Hits Des Clips 2012 – Jessie J : « Domino » »Voir le clip « Hits Des Clips 2001 – Lil Bow Wow : « Bow Wow (That’s My Name) » »